Arroser malin…

Arroser malin…

Voilà, il y a quelques jours encore on se plaignait du trop de pluie… aujourd’hui c’est la sécheresse qui nous menace…

On le sait, l’eau est vitale pour la végétation, pour les jardins, pour la planète… Les grandes sécheresses s’inscrivent, comme les grands froids, au premier rang de la liste des fléaux et des calamités. L’actualité espagnole nous le démontre une fois de plus. La grande sécheresse qui y sévit engendre les grands feux. Les experts parlent d’une « africanisation » du climat des régions méditerranéennes qui fait que l’Espagne a subi cette année un déficit de pluie de 35% par rapport à la moyenne des trente dernières années… L’accès à l’eau est certainement un des enjeux de notre XXIème siècle.

Et, Il faut bien le reconnaître, le sec n’a pas l’habitude d’avoir la côte.

Au jardin se pose alors la question de l’arrosage. Arroser « malin » doit être le maître mot. Et pour cela un minimum de connaissance des plantes peut nous aider.

Lors des journées chaudes et sèches de l’été, l’ouverture des stomates, ces petits pores situés sur la face inférieure des feuilles, n’est que très passagère. Pendant quelques heures en début de matinée. Quant à l’absorption de l’eau par les racines, elle se déclenche plus tard le soir. On comprend ainsi l’utilité de l’arrosage nocturne ou en fin de journée. A l’inverse un arrosage effectué en pleine chaleur (indépendamment que les gouttes d’eau peuvent constituer des lentilles faisant converger les rayons, si l’arrosage à lieu au soleil, et brûler les feuilles) : la transpiration se déclenche avec ouverture des stomates avant que l’eau n’ai atteint les racines, et la plante grille…

La compréhension des stratégies végétales et leur respect sont le meilleur gage de réussite du jardin.

Il n'y a pas de commentaires