Deux ou trois petites choses sur les trèfles…

Deux ou trois petites choses sur les trèfles…

On connaît tous les trèfles, du genre Trifolium (à trois feuilles… du moins connait-on celui à quatre feuilles (ou plutôt à quatre folioles), une mutation du trèfle blanc, Trifolium repens, l’espèce la plus commune dans nos pelouses. Qui n’a pas exploré, à quatre pattes, le nez dans l’herbe, les pelouses d’un jardin dans l’espoir de découvrir l’oiseau rare (en l’occurrence, la plante rare)  ? Mais les chances d’en trouver sont bien minces, de l’ordre de 1/10 000 … Le trèfle à quatre feuilles est un de nos porte-bonheur préféré. Comme pour les trois cyprès de bienvenue à l’entrée des bastides Provençales, chacune des « feuilles » du trèfle a une signification précise. L’une étant la renommée, les trois autres la richesse, l’amour et la santé.

Carte postale ancienne

Dans nos jardins aussi, les trèfles sont précieux, et par chance un grand nombre d’espèces sont à notre disposition. Le Trèfle à feuille étroite, Trifolium angustifolium, le Trèfle des champs, Trifolium arvense, le Trèfle étoilé, Trifolium stellatum, le Trèfle rampant, Trifolium repens, le Trèfle tomenteux, Trifolium tomentosum….

Olivier Filippi, dans son ouvrage sur les alternatives au gazon, nous propose d’utiliser le Trèfle porte-fraise (Trifolium fragiferum) comme couvre-sol. Un robuste de culture facile et à croissance rapide la première année. Peu exigeant sur la nature du sol, il peut être planté dans un gazon existant pour faire évoluer un gazon traditionnel vers une pelouse plus naturelle moins exigeante en eau.

Un des grands intérêts des trèfles, comme toutes les plantes de la famille des Fabacées (autrefois les Légumineuses) est leur capacité à fixer l’azote atmosphérique grâce à des bactéries symbiotiques (Rhizobium) présentes dans des petits renflements, des nodosités, au niveau de leurs racines.

Mais les trèfles sont aussi de précieux alliés pour la biodiversité du jardin. Ils peuvent abriter une vingtaine de chenilles de papillons comme celle de l’Azuré du trèfle (Everes argiades), du Souci (Colias crocea) ou de la Zygène du chèvrefeuille (Zygaena lonicera).

Dessin de Souci Colias croceus par Jakob Hübner

D’autres avantages encore ? Pline l’ancien, dans son Livre XXI, traitant de la nature des fleurs et des guirlandes, nous en dit ceci : « On regarde, je le sais, le trèfle comme excellent contre les blessures des serpents et des scorpions, la graine à la dose de vingt grains dans du vin ou de l’oxycrat, ou bien la feuille ou l’herbe tout entière en décoction; et on assure qu’il se se voit jamais de serpents dans le trèfle. Des auteurs célèbres, je le sais encore, ont prétendu que le trèfle que nous avons appelé minyanthes est un antidote universel, à la dose de vingt-cinq grains seulement ; sans compter beaucoup d’autres propriétés médicinales qui lui sont attribués. Mais ces opinions sont contrebalancées dans mon esprit par une autorité très imposante : le poète Sophocle dit que cette plante est vénéneuse.

Le médecin Simus, de son côté, assure que la décoction ou le suc versé sur le corps cause le sentiment de cuisson qu’éprouvent les personnes blessée par un serpent, auxquelles on applique le trèfle. Je pense donc qu’il ne doit être employé que comme contre-poison : peut-être, en effet, le venin en est-il contraire à celui qu’il s’agit de combattre, phénomène qu’on a observé dans beaucoup d’autres cas. Je remarque que la graine du trèfle à petites feuilles, réduits en onguent pour le visage, est utile aux femmes pour entretenir la fraîcheur de la peau. »

A tester assurément…

Trèfle champêtre Trifolium campestre ©Véronique Mure

Trèfle blanc Trifolium repens © Véronique Mure

Trèfle étoilé Trifolium stellatum © Véronique Mure

Ils sont 3 commentaires

  1. Catherine D

    As-tu la recette de l’onguent ? okazou… mon préféré est
    le trèfle incarnat que je vois parfois semé entre deux rangs de vigne (bio), c’est magnifique…on m’avait expliqué le savant calcul de l’amélioration de productivité de la récolte, 1 rang su … ? je ne sais plus…évidemment je n’ai pas de photo!

  2. veronique

    Je n’ai pas la formule… mais suis étonnée que l’Occitane ne nous ai pas encore concocté une crème miracle à base de trèfle… A mon avis ils n’ont pas lu Pline !!! 🙂


Publier un nouveau commentaire