Gilles Clément « Toujours la vie invente ». Réflexion d’un écologiste humaniste. 2008

Gilles Clément « Toujours la vie invente ». Réflexion d’un écologiste humaniste. 2008

Je définis le jardin comme le seul territoire de rencontre de l’homme avec la nature où le rêve lui est autorisé. C’est dans cet espace qu’il peut se trouver dans une utopie qui est son bonheur rêvé. De ce fait, il n’a pas besoin d’être dans les canons esthétiques qui répondent à un modèle. Dans les magasines, on montre toujours la même chose. Mais on n’est pas obligé de copier cela. Il faut plutôt viser ce qui nous satisfait intimement, ce qui est juste par rapport à nous, et non pas ce qui est juste par rapport à ce qu’il conviendrait de faire dans une société bien élevée… 

Il n'y a pas de commentaires