C’est la pleine saison des iris dans les jardins de la Bigotie

C’est la pleine saison des iris dans les jardins de la Bigotie

C’est la pleine saison des iris.

Le genre Iris, de la famille des Iridacées, contient 210 espèces et d’innombrables variétés horticoles aux couleurs toutes différentes.

Ils illuminent le jardin de tant de couleurs en ce mois de mai, juste avant de passer le relais aux roses, que l’on comprend pourquoi leur nom est associé à l’arc-en-ciel.

Dans la mythologie grecque Iris, messagère des dieux, avait en effet le pouvoir de produire des arcs-en-ciel en déployant son écharpe…

Mais sait on que la fleur d’iris a, de tout temps, été symbole de majesté et de pouvoir Pour la civilisation égyptienne, l’iris était associé au dieu Osiris et à Horus.

Les rois de France l’adoptèrent au XIIème siècle sous le nom héraldique de « fleur de lys », comme symbole de la royauté. Il semble que la confusion sur sa dénomination vienne d’une transformation de « fleur de Louis » en « fleur de Lys ». A défaut de lys il s’agit ici de l’Iris pseudacorus, également appelé Iris faux-acore, à la belle couleur jaune. Cet iris des marais aurait sauvé Clovis guerroyant contre les Goths, lui permettant de traverser une rivière à guet.

Au-delà du mythe, l’iris est aussi une plante très recherchée en parfumerie pour ses rhizomes dont on extrait une essence dont le principal composant est « l’irone ». Les espèces utilisées sont Iris germanica, l’iris de Florence sous sa forme blanche et l’Iris pallida, cultivé en Italie et au Maroc. Il semble que la mode de l’iris comme parfum ait été lancée par Catherine de Médicis. Au XVIIème siècle, on l’utilisait en poudre pour les cheveux : le rhizome était pilé, puis tamisé, donnant une poudre qui sentait très bon la violette, propriété due à l’irone. Après avoir été un moment considéré comme démodé, l’iris entre toujours aujourd’hui dans la composition de parfums célèbres, associé aux notes florales ou comme note de fond : Anaïs Anaïs de Cacharel, Chanel n°5, Madame Rochas, Chloé de Lagarfeld, Homme de Gianni Versace…

Dans nos jardins ce sont les Iris germaniques qui dominent. Ils font le bonheur des jardiniers pour leurs couleurs, mais également pour leur rusticité. Peu exigeants en eau grâce à leur rhizomes, il nécessite peu d’entretien. Une simple intervention pour ôter les fleurs fanées après la floraison et une autre pour réduire le feuillage à l’automne, suffisent.

 

 

 

Il n'y a pas de commentaires