Et à la fin, tout explose… le cycle de vie de l’acanthe.

Et à la fin, tout explose… le cycle de vie de l’acanthe.

Acanthus mollis. Acanthaceae

Cette acanthe de nos jardins est dite « molle » pour ses grandes feuilles à la courbure élégante. 

Acanthus mollis ©VM

Mais aucune autre partie de la plante n’inspire un tel qualificatif…  Ni son inflorescence fièrement dressée, ni ses bractées épineuses, ni ses fleurs larges et drues , ni ses fruits ventrues sous tensions, ni même la bruyante dissémination de ses graines. 

Acanthus mollis ©VM
Acanthus mollis ©VM
Acanthus mollis ©VM

A se demander si Linné, en nommant l’espèce en 1753 avait observé l’acanthe dans son entièreté…

En cette fin juillet, alors que son cycle de vie arrive à son terme, la tension est à son comble. Tout en elle se dessèche. Les feuilles s’affalent en une large couronne dorée, et dans un bruit sec et retentissant les fruits explosent ! Point besoin de faire appel à un quelconque vecteur de dissémination. L’acanthe est ballochore. Elle se débrouille seule pour expulser ses capsules au loin (trois – quatre mètres) qui elles-mêmes jouent les catapultes en s’ouvrant et projetant leurs graines sous tension. 

Acanthus mollis ©VM
Acanthus mollis – détail de l’infrutescence ©VM
Acanthus mollis fruits & graines ©VM
Acanthus mollis – vestige de l’inflrutescence ©VM
Acanthus mollis – fleur desséchée ©VM

Un feu d’artifice final, après quoi l’acanthe se met au repos… Jusqu’à ce qu’aux prochaines pluies réapparaissent ses feuilles molles.

Acanthus mollis ©VM

Combien de graines sont-elles ainsi projetées tout autour de l’acanthe ? Des centaines sans doute ! Chaque épi portant entre 30 et 50 fleurs, dont les fruits contiennent 2 à 4 graines… Je vous laisse faire le calcul…. 

Il n'y a pas de commentaires