La balade de l’inule…

La balade de l’inule…

 

Peut-on dire que l’inule visqueuse, répondant au vilain nom de Dittrichia viscosa est une « bonne » plante ? Quoiqu’il en soit, elle abrite un auxilliaire de la culture de l’olivier. Entendez par là, qu’elle participe à la lutte contre la mouche de l’olive en abritant le parasitoïde de la mouche (cf un précédent article à ce sujet).

Alors vive la dissémination des inules visqueuses dans les olivettes !!! Comme bien des Astéracées, la famille du pissenlit, l’inule a choisi le vent pour disséminer ses graines. Ces dernières, appelées « akènes », sont donc nombreuses, légères et munies d’un petit toupet de soies, le « pappus », qui les aide à flotter dans l’air.

Mais le vent n’est pas le seul à participer à la dissémination de ces graines. Les fourmis profitent de cette manne pour faire des réserves, transportants leur précieux butin sur de longs mètres, à travers les cailloux de la Costière.

Comme les ours du zoo de Thoiry qui préparent d’ores et déjà leur entrée déjà en hibernation, est-ce un signe que l’hiver sera froid ?

dissémination inule © Véronique Mure

 

dissémination inule© Véronique Mure dissémination inule© Véronique Mure dissémination inule © Véronique Mure dissémination inule © Véronique Mure dissémination inule © Véronique Mure dissémination inule © Véronique Mure

 

dissémination inule © Véronique Mure dissémination inule © Véronique Mure

 

dissémination inule bd6

 

Publier un nouveau commentaire