Plaidoyer pour les cyprès !

Plaidoyer pour les cyprès !

 

Je sais, le cyprès, cyprès d’Italie, cyprès de Provence, cyprès de Florence, Cupressus sempervirens, l’arbre sentinelle, l’arbre des haies et des cimetières, a aujourd’hui mauvaise réputation.

Accusé de tous les maux de notre société urbaine, on lui reproche de polluer notre air de son pollen abondant au mois de mars, d’être le premier responsable des allergies en région méditerranéenne avec ses congénères Cupressacées.

Sans compter qu’on lui reproche aussi maintenant d’être invasif. Certainement sous prétexte qu’il figure sur une liste noire portugaise… , lui dont Pline déjà au premier siècle notait qu’il ne poussait qu’à regret, ne venant qu’en des lieux chauds, et encore étant « très dédaigneux du sol qui lui sert de nourrice ».

Le voilà donc devenu doublement indésirable, voire menacé d’éradication.

Va-t-on alors oublier ce bel arbre ? Le faire disparaître de nos jardins et de nos paysages ?

Lui dont la puissante silhouette en flamme faisait, depuis des siècles, le lien entre le ciel et la terre.

Lui qui couronnait le mausolée d’Auguste comme ceux des tombeaux étrusques.

Lui dont le bois imputrescible, compact, d’une solidité à toute épreuve est si précieux. Bois odorant et protecteur, bois du cercueil des héros et des papes, du plancher du temple de Salomon, de la Croix de Jésus – avec l’olivier et le cèdre -, de la flèche d’Eros, du sceptre de Jupiter…

Lui dont l’ombre droite projetée au sol telle l’aiguille d’un cadrant solaire, indiquait l’heure aux travailleurs des champs,

Lui qui sculpte les pentes des jardins méditerranéens, ceux de la renaissance italienne et des paysages de Toscane.

Lui qui, partout en Provence comme en Languedoc, émerge, dressé comme une sentinelle, gardien d’une histoire. Un arbre signal, marqueur les lieux, qui envoie un message de bienvenu et accompagne nos paysages quotidiens.

Toute cette histoire est-elle donc sans aucune valeur face à un mois de désagrément pour nous ? N’y-a-t-il donc aucune solution pour conserver sa haute silhouette érigée dans nos paysages ? Autre chose que l’éradication ? Sommes nous amnésiques ? juste ignorants ? ou simplement bien léger face à la vie des cyprès ?

Canal du Midi - Marseillette

Canal du Midi – Marseillette

photo Véronique Mure
Paysage avec cyprès, annoté "Resheria de Monte Oliveto" Denis Maurice (1870-1943) Paris, musée d'Orsay, conservé au musée du Louvre �

Paysage avec cyprès, annoté « Resheria de Monte Oliveto »
Denis Maurice (1870-1943)
Paris, musée d’Orsay, conservé au musée du Louvre

Recueil de dessins de Plantes;  Plantae et flores ; Cesi Federico (1585-1630) �

Recueil de dessins de Plantes;
Plantae et flores ; Cesi Federico (1585-1630)

 

Il est 1 commentaire


Publier un nouveau commentaire